Sélectionner une page

Le VTT au Tourmalet – Pic du Midi

Rémi Laffont

Rémi Laffont

On est simplement libre

Imaginez-vous dévaler les chemins en tête à tête avec votre fidèle VTT.
Libre comme l’air, une multitude de parcours s’offre à nous…En forêt, en montagne, le long d’une rivière, les possibilités ne manquent pas.
C’est avec Rémi, Vttiste marathonien professionnel, que nous découvrons la diversité de ces chemins de VTT et surtout ses spots préférés.

J’ai pris l’habitude de ce privilège que l’on a à Bagnères

Sortir de la maison et en deux tours de roues se retrouver dans le Bédat. J’ai longtemps habité au pied, à proximité de la fontaine Salies.

Le Bédat est un secteur privilégié pour rouler. À partir de là, on est simplement libre. C’est la porte vers de belles balades, c’est infini… Vallon de Salut, Les allées dramatiques, le Monné pas loin, les plaines d’Esquiou, le Casque du Lhéris, … Il y a énormément de possibilités.

Ici, on est assez facilement satisfait de sa sortie vélo !

Je pioche dans cette richesse locale en fonction de ce que j’ai besoin. Si c’est pour m’aérer l’esprit, pour un effort physique ou si c’est pour une séance d’intensité très rigide en matière d’entraînement.

Chaque parcours peut répondre à un objectif et c’est ce qui est vraiment intéressant.

Pendant 6 ans j’ai habité sur Gripp.
J’adorais rouler sur le village des Esclozes (un site emblématique du patrimoine pastoral avec les cabanes de berger). Mais aussi sur Payolle, où en une traversée de crète on saute de l’Aspin à la Hourquette d’Ancizan.

Rien n’est compliqué et, au contraire, simple par essence. Il suffit de prendre le vélo et de rouler sans se poser de questions ! Je me sens vraiment chanceux de vivre sur ce type de territoire où l’on peut rouler une journée entière sans emprunter le même sentier. Puis, lorsque l’envie vient, on se retrouve au sommet du Pic du midi, au-dessus des nuages. C’est aussi possible avec un vélo.

C’est ce que j’adore à la maison. J’ai roulé un peu partout sur la planète et ce sentiment de pouvoir démarrer de sa porte de garage, de pouvoir rouler dans des paysages fantastiques, passer voir les copains, redescendre des hauteurs qui surplombent la ville pour aller boire un café… C’est juste un idéal.

 

Je roule depuis que je suis gamin avec les mêmes personnes

Je sors souvent tout seul pour l’entraînement car en tant que cycliste professionnel j’ai des exigences de préparation difficiles, mais j’adore aller rouler avec les amis d’ici, les gars du club de vélo de Bagnères.

Depuis que je suis gamin, je roule avec les mêmes personnes. Je sors beaucoup avec Daniel Manse qui est boucher à Bagnères, avec Manu Cibat qui est entraîneur et monsieur vélo pour toute la ville mais aussi avec les copains d’enfance comme Arthur Cansot.

Je roule avec les gars du coin qui marchent très fort et qui touchent à tous les sports montagne. Les vététistes rencontrent les gars du trail sur les chemins, Jérémy Didier par exemple on le croise aussi bien en courant.

Ce sont des gars avec qui c’est agréable de parler de ce qui a été fait, des anecdotes passées avec les copains qui ne sont malheureusement plus là ou bien du futur que l’on envisage pour notre sport. Un vrai plaisir de rouler avec toutes ces personnes

Le spot VTT de Bagnères

S’il y a un spot où il faut rouler ici, c’est le secteur de la Vierge du Bédat. Faire l’ascension, plonger vers la croix de Manse et, si on a du temps, monter les plaines d’Esquiou pour redescendre sur le Tucou.
D’une manière générale, j’aime rouler à la maison. Quand ça ne va pas et qu’on a besoin d’une petite sortie vélo pour se vider la tête, en 1 heure on a notre satisfaction. C’est impeccable ! Pour plus de découverte, les parcours en haute montagne sont magiques mais c’est une autre démarche, c’est une journée programmée et il faut plusieurs heures de vélo pour se rendre compte de l’immense diversité du territoire.

Petite anecdote :

En fin de journée, tu crèves en haut sur les parties rocailleuses du Tucou, tu rales un peu parce que l’orgeuil en prend un coup puis tu relativises en levant les yeux. Le coucher de soleil, seul au monde alors que la ville est à un jet de pierre. C’est quelque chose qui résume bien Bagnères pour moi. Ce sentiment d’être vraiment dans un espace préservé, isolé au sens noble et en même temps on peut manger une glace en fin de sortie, juste là, devant les Grands Thermes. En ayant beaucoup voyagé au gré des coupes du monde, j’ai pris conscience de cette rareté. Ce n’est pas évident de trouver un endroit qui offre à la fois magasin de vélo, restaurant, spot de fou pour rouler en toute sécurité et paysages exceptionnels. Touristiquement, c’est une richesse.

Pour résumer, je souhaite à tout le monde d’avoir une crevaison au Tucou en fin de journée pour comprendre le vélo à Bagnères !

M
Aller au contenu principal